La douleur, cette amie indésirable (1)

Nombre d'entre nous, après une opération ou un traitement, se retrouvent avec des douleurs et des gênes. La plupart d'entre nous se voient dire de vivre avec, comme si la douleur était une condition pour être en rémission. C'est l'ironie du cancer : on ne ressent jamais vraiment la maladie jusqu'à ce qu'on reçoive le traitement pour s'en débarrasser. Et si c'était l'inverse ? La douleur est-elle une nécessité pour la guérison ? Je ne le pense pas.




La vérité est que, même avant ma rencontre avec le cancer, je vivais déjà avec la douleur. La plupart du temps, c'était dans les hanches et les genoux. Elle était gênante, toujours présente, limitant mes mouvements et mes activités. Je pensais, comme beaucoup d'entre nous, que la douleur était un état normal auquel il fallait s'attendre lorsqu'on atteignait "un certain âge" ou qu'on menait un certain style de vie. Elle était, après tout, "gérable". Puis le cancer est arrivé, puis est revenu, et avec les traitements, la douleur s'est aggravée. Il y avait maintenant la douleur au site de l'opération, et la douleur à l'épaule, et la douleur à la prothèse, et la douleur aux articulations. Je suis tombée plusieurs fois - douleur. J'ai failli me casser le genou - encore plus de douleur. Le moindre effort - douleur. Mes petits efforts pour me "remettre en forme" n'ont fait qu'accroître la douleur. J'ai appris à vivre avec. Je pensais que c'était normal, que c'était le prix à payer pour survivre.


Nous sommes si nombreux à nous résigner une vie de douleur...

Qu'il s'agisse de neuropathie, de douleur du membre fantôme, de restrictions de mouvement, de dysfonctionnement des organes internes ou même de détresse émotionnelle. Elle pèse lourdement sur notre qualité de vie, érode lentement notre appétit de vivre et poursuit les dommages causés par le cancer : elle nous pousse à nous éteindre, notre cerveau devient brumeux, nous perdons le contact avec nous-mêmes, nous nous déconnectons socialement, nous limitons nos mouvements et nos activités, nous restons dans nos zones de sécurité. Les médecins eux-mêmes sont souvent impuissants face à la douleur chronique. Pourtant, des milliards de personnes vivent avec la douleur, tous les jours ! Parmi les survivants du cancer, plus de 35 % d'entre nous font état de douleurs chroniques après la guérison. Et c'est censé être la guérison !


Comment je me suis débarrassée de ma douleur


Pendant mon rétablissement, j'ai commencé un programme de formation en neuromouvement selon la méthode Anat Baniel. A l'origine, j'ai suivi cette formation pour aider mon fils dans son développement, et pour travailler avec d'autres enfants. La méthode est réputée très efficace pour les troubles et les difficultés d'apprentissage chez les enfants, et je voulais qu'il fasse l'expérience d'une nouvelle modalité, qui ne le ferait pas se sentir inadéquat et qui parlerait d'abord à son cerveau. Mais à ma grande surprise, c'est moi qui ai été transformée. Toutes mes douleurs ont disparu, et j'ai retrouvé une mobilité, une souplesse et une vitalité que je n'avais pas ressenties depuis plusieurs années ! Je me souviens d'avoir spontanément couru pour attraper un bus, ce que je n'avais jamais fait... JAMAIS ! (et je ne parle pas de prendre le bus, haha). Je peux même me sentir gracieuse, malgré toute la défiguration que les chirurgies ont causée.


C'était comme être libre et jeune à nouveau, et je me sens enfin chez moi dans mon corps. Comme si je pouvais me lier d'amitié avec moi-même, dans cette nouvelle réalité. Je ne retrouverai peut-être jamais ma pleine intégrité physique, mais je peux enfin prendre plaisir à bouger, à vivre. Parfois, je m'allonge dans mon lit et je m'émerveille de ne plus avoir mal. Et comme la douleur a disparu, le brouillard s'est levé : tous les aspects de ma vie se sont améliorés : ma mémoire, mon attention, ma concentration et ma capacité à gérer mes émotions. C'est dire à quel point la douleur vous prive d'énergie. Aucune quantité d'analgésiques ne peut vous rendre votre cerveau.


Si vous voulez en savoir plus sur la douleur, lisez le prochain article.




0 views0 comments

Recent Posts

See All